Carême 2019 : semaine de jeûne et de prière

du lundi 1er avril au samedi soir 6 avril 2019

 « L’homme ne vit pas seulement de pain mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu »  (Matthieu 4, 4)

Prier en Carême avec le corps et l’esprit en particulier à l’intention des familles touchées par le handicap de notre paroisse

Donner plus de place au pain de la Parole de Dieu

S’entrainer au combat spirituel

Pourquoi jeûner en Carême ?

« De nos jours, la pratique du jeûne semble avoir perdu un peu de sa valeur spirituelle et, dans une culture marquée par la recherche du bien-être matériel, elle a plutôt pris la valeur d’une pratique thérapeutique pour le soin du corps. Le jeûne est sans nul doute utile au bien-être physique, mais pour les croyants il est en premier lieu une thérapie pour soigner tout ce qui les empêche de se conformer à la volonté de Dieu. Dans une constitution apostolique de 1966, Paul VI reconnaissait la nécessité de remettre le jeûne dans le contexte de l’appel de tout chrétien à ne plus vivre pour soi-même, mais pour celui qui l’a aimé et s’est donné pour lui, et aussi à vivre pour ses frères. Le Carême pourrait être l’occasion de reprendre les normes contenues dans cette constitution apostolique, et de remettre en valeur la signification authentique et permanente de l’antique pratique pénitentielle, capable de nous aider à mortifier notre égoïsme et à ouvrir nos cœurs à l’amour de Dieu et du prochain, premier et suprême commandement de la Loi nouvelle et résumé de tout l’Evangile.

En même temps, le jeûne nous aide à prendre conscience de la situation dans laquelle vivent tant de nos frères (…) En choisissant librement de se priver de quelque chose pour aider les autres, nous montrons de manière concrète que le prochain en difficulté ne nous est pas étranger. C’est précisément pour maintenir vivante cette attitude d’accueil et d’attention à l’égard de nos frères que j’encourage les paroisses et toutes les communautés à intensifier pendant le Carême la pratique du jeûne personnel et communautaire, en cultivant aussi l’écoute de la Parole de Dieu, la prière et l’aumône. »

Benoît XVI, Message pour le Carême 2009

Quelle est la proposition ?

Un groupe d’adultes du groupement paroissial s’entraide dans la pratique du jeûne monodiète (i.e qui comporte un seul aliment). Pendant 6 jours consécutifs, il porte en commun dans la prière les grandes intentions de tous. Il prie en particulier à l’intention des familles touchées par le handicap de notre paroisse.

  • Présentation du jeûne le dimanche 31 Mars avant la messe de Meulan à 10h ou après la messe de Triel à 11h30: présentation de la dynamique de la semaine, consignes médicales et prière d’entrée dans le jeûne. Début du jeûne lundi.
  • Chaque jour (lundi 1er avril, mardi 2 avril, mercredi 3 avril et jeudi 4 avril) les participants se retrouvent à 20h30 précises à la Chapelle Sainte Rita du Centre Saint Nicaise à Vaux pour un temps de prière (silence, chants, parole de Dieu). La prière est conclue par une méditation.
  • Après la prière, nous nous dirigeons vers une salle du Centre pour boire une tisane (à volonté !) et échanger simplement sur ce que nous vivons dans ce jeûne (fin 21h30).
  • Chacun reçoit un pain complet de 600 g qui sert pour dîner … et pour se sustenter le lendemain matin et à midi avec de l’eau (à boire en quantité).
  • Rupture du jeûne le samedi 6 avril :
    • Veillée de louange de 20h30 à 22h à l’église Saint Nicolas de Meulan. Nous prierons avec tous les paroissiens pour les familles de notre groupement paroissial qui traversent difficultés et souffrance, et particulièrement à l’intention des familles touchées par le handicap. Ouvert à tous.
    • Collation à 22h au presbytère de Meulan pour ceux qui ont vécu le jeûne.
  • Après une réalimentation progressive, nous demeurons disponibles de corps et d’esprit pour suivre le Christ dans son mystère Pascal !

« La prière et l’amour du prochain sont les deux ailes du jeûne sans lesquelles il ne peut décoller »

 Saint Augustin

« Le jeûne enfin réduit la force de notre violence, il nous désarme et devient une grande occasion de croissance. D’une part, il nous permet d’expérimenter ce qu’éprouvent tous ceux qui manquent même du strict nécessaire et connaissent les affres quotidiennes de la faim ; d’autre part, il représente la condition de notre âme, affamée de bonté et assoiffée de la vie de Dieu. Le jeûne nous réveille, nous rend plus attentifs à Dieu et au prochain, il réveille la volonté d’obéir à Dieu, qui seul rassasie notre faim. » 

 François, Message pour le Carême 2018

Qui peut l’entreprendre ?

  • A partir de 16 ans, toute personne en bon état de santé (hors grossesse et allaitement) et ne souffrant pas d’un manque de poids. Lors du temps de lancement, un médecin donnera quelques conseils.
  • Les personnes sous médicaments voudront bien consulter leur médecin traitant pour savoir si un jeûne est envisageable et comment suivre leur traitement durant cette période.

Et les couples ? Et les mineurs ?

  • Il est possible d’entreprendre ce jeûne en couple : l’un des deux conjoints se rend à la veillée de prière et rapporte deux pains pour en donner un à celui qui, par exemple, est resté garder les enfants ! Les mineurs, de plus de 16 ans, doivent impérativement joindre une autorisation parentale à leur bulletin d’inscription.

Bienvenue !

 Chacun peut bien sûr choisir un autre jeûne à sa mesure et se joindre aux temps de prière quotidiens. Dans ce cas de figure, il n’est pas nécessaire de remplir un bulletin d’inscription.

Bulletin d’inscription à remplir et déposer au presbytère