A cup of of tea ?

Il est vrai que le temps est moins au thé – soutien des rudes hivers – qu’à quelques boissons plus fraîches. Mais enfin c’est le temps où nous fêtons, et donc où nous vivons plus intensément la venue du Saint Esprit, Le thé me paraît une bonne métaphore pour comprendre son action.

Si vous mettez un sachet de thé dans L’eau froide, il n’infusera pas. Entre lui et l’eau, il ne se passera rien. Mais plus l’eau est chaude, plus elle se laissera pénétrer des saveurs du thé. Je crois que vous avez compris : le sachet de thé, c’est la Pâques de Jésus Christ, c’est sa vie donnée victorieuse de la mort et du péché, c’est l’amour absolu qui s’offre tout entier à l’homme ; l’eau, c’est nous, c’est l’humanité; ce qui réchauffe l’eau, c’est l’Esprit Saint,

Bien sûr, ce sachet de thé n’est pas ordinaire. II a une puissance d’arômes infinie. Tout ce que Dieu a fait pour nous sauver y est présent et ne peut s’épuiser. C’est plutôt l’eau qui a tendance à tiédir. C’est plutôt nous qui avons tendance à ne pas laisser les parfums de la chanté pénétrer notre vie.

Que l’Esprit Saint brûle nos cœurs pour qu’y infuse la vie de Dieu. « Fove quod est frigidum », (Réchauffe ce qui est froid).

Pierre Bouquin (séminariste)

PS : Pour ceux qui, au thé, préfèrent un bon rosé estival, rendez-vous à la prochaine vente de vin du curé à la kermesse !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.